Aerosmith (Interview): la vérité sur le chaos, la coke et le retour au clean

Written by on 9 août 2018

Steven Tyler et Joe Perry parlent de drogue et de débauche

En 2002, Ben Mitchell s’est entretenu avec Steven Tyler et Joe Perry d’Aerosmith. Dans cette série de questions-réponses incontournables, qui n’a pas été publiée depuis de nombreuses années, il tente de faire la lumière sur les nombreux mythes et histoires salaces qui entourent le groupe.

Est-il vrai que vous avez déjà ouvert un concert avec la chanson que vous jouiez habituellement en dernier, pensant que vous aviez fini et que vous vous en êtes tiré?

Steven Tyler: Non. Ce que nous avons fait, c’est de jouer la même chanson deux fois pendant un concert. Cela ne s’est pas produit très souvent, mais c’était les débuts.

Vous avez joué la même chanson deux fois de suite?
Steven Tyler: Oh non, ça aurait fait de nous des idiots. Nous étions juste des drogués.
Steven, savais-tu qu’il y avait une rumeur selon laquelle toi et Joey [Kramer, batteur d’Aerosmith] étais gay quand Aerosmith a commencé?
Steven Tyler: Moi et Joey Kramer? Le batteur? Où avez-vous entendu ça? C’est dans le livre.
Steven Tyler: Dans quel livre?
Walk This Way [autobiographie officielle du groupe publiée en 1997]. Joey dit qu’il y a eu des discussions à propos de vous deux étant plus que des amis parce que vous étiez si proche.
Steven Tyler: Joey Kramer? As tu lu ça, Joe?
Joey Perry: Non [rires]. Peut-être parce qu’ils avaient le même appartement mais ils n’étaient certainement pas gay.
Steven Tyler: [Très animé] Peut-être, mais je ne me souviens vraiment pas … de ce putain de truc, mec.
Steven, pourquoi le tatouage sur ton bras dit « Ma Kin » et non « Mama Kin »?
Steven Tyler: Ils ne pouvaient pas l’intégrer. En plus, Ma Kin semblait mieux.
La chanson s’appelait-elle à l’origine Ma Kin?
Steven Tyler: Non. Vous me faites chier, ma chérie?
Joey Perry: Il était encore si jeune et maigre alors; C’est toute la pièce que vous avez. Je pense que cela montre combien de foi et de conviction il avait dans ce qui se passait, ce qui est génial.
Joe, après avoir fait le plein d’héroïne pendant ton mariage [Perry a épousé sa première épouse Elyssa Jerret en 1975] À quel point es-tu arrivé à être malade sur le gâteau de mariage?
Steven Tyler: Malade de son gâteau de mariage?
Sur son gâteau de mariage.
Joey Perry: J’étais un drogué très exigeant …
Steven Tyler: Tu étais encore là pour le gâteau de mariage?
Joey Perry: Tu étais avec moi. Je ne me souviens pas d’en avoir vomi, bien que la pensée m’ait traversé l’esprit. À ce stade, il a fallu beaucoup de temps pour avoir la nausée; cela devient une partie de votre système et vous ne vomissez pas sauf si vous obtenez quelque chose de différent ou de plus fort ou un peu hors de l’ordinaire.

Votre première femme ne vous a-t-elle pas déjà mordu au visage?
Joey Perry: Elle l’a fait. Vous pouvez vous lancer dans des combats incroyables si vous y réfléchissez et que vous utilisez n’importe quel outil à votre disposition. J’ai toujours la cicatrice [frotte le menton]. Il est ici quelque part.
Steven, est-il vrai que tu as acheté un collier pour ta première femme [Cyrinda Foxe, qui a épousé Tyler en 1978] et tu le lui as présenté en le positionnant sur ta bite?
Steven Tyler: [Avec accent anglais] Ma bite! C’était un bracelet mais oui je l’ai fait. Une double surprise pour elle, je pourrais ajouter.
Steven, est-ce vrai que vous etiez tellement défoncé lors de la réalisation de Draw The Line [1977] que vous avez réussi à voir triple ?
Steven Tyler: Pourquoi oui je l’ai fait! Quelqu’un peut-il voir triple? Non, mais je verrais double et je serais tellement défoncé au valium et les muscles détendus que vous pouvez à peine marcher, vos yeux se croisent et vous ne pouvez pas les décroiser. Alors je voulais juste aller [il pose la main sur l’oeil droit], « Oh oui! » Je me souviens conduire comme ça. C’est de la survie. Tout ce qu’il faut pour passer à travers. L’une des choses à propos de la dépendance est que on devient si bon quand on plane.

Avez-vous déjà eu un dealerparmi les fournisseurs d’Aerosmith?
Joey Perry: Non. Nous ne paierons personne pour le faire. Il n’y avait personne avec qui vous vous asseyiez et vous dites: «Vous pouvez être notre revendeur», mais il y avait certainement des gens qui travaillaient pour nous et qui avaient des liens.
Quand tu as fait le Sgt. Film Pepper [comédie musicale en 1978, dans laquelle Aerosmith joue le Future Villain Band], étiez-vous aussi ivre que vous en avez l’air?
Joey Perry: C’était la première fois que nous faisions des films. C’était incroyable. Je me souviens avoir regardé par mon dressing et il y avait ces deux assistants de production qui se parlaient sur leur talkie-walkie et ils se tenaient dos à six pieds l’un de l’autre, essayant de savoir où se trouvait les bouteilles d’eau  ou quelque chose comme ca. Cela m’a paru totalement absurde et j’ai réalisé à quel point l’argent était gaspillé. C’était amusant mais, oui, nous étions assez saouls la plupart du temps.
Steven Tyler: Tout le monde était déchiré.
Joey Perry: Je dois obtenir une copie de ce film pour mes enfants.

Aerosmith – Come Together ( Sergent Peppers Movie)

Joe, comment vous sentiez-vous quand vous avez reçu une facture de 80 000 dollars en 1979?
Joey Perry: Un putain de mécontentement. Je ne discutais pas du fait que je l’avais eu, mais le fait qu’ils [la direction d’Aerosmith à l’époque] avait déclaré que je n’avais pas l’argent pour le payer. Cela m’a vraiment énervé. Au cours de quelle période avez-vous accumulé cette facture?
Joey Perry: Au cours d’une année. Il est facile de dépenser autant pour le service en chambre, vous voyez ce que je veux dire? Nous avons toujours eu des fêtes et les bouteilles du mini bar ne suffisaient pas ! 
Est-il correct que Dude (Looks Like a Lady) [1987] a été inspiré par Vince Neil de Motley Crue?
Steven Tyler: C’était tout le groupe. Ils sont montés dans une limousine après un spectacle pour aller dans un club à New York. J’ai dit: « Viens dans ma voiture », ils ont sauté dedans et chaque autre mot était « Dude ». Ils étaient très en avance sur leur temps. C’était hilarant pour moi.
Joey Perry: Ils venaient de La Vallée, mec. C’est comme ca qu’ils parlent.

Était-ce une tournée difficile avec Guns N ‘Roses [en 1988] quand vous veniez de decrocher?
Steven Tyler: Non, ils étaient super. C’était l’une des tournées les plus amusantes que nous ayons eues. Nous avons attiré beaucoup de monde.
Joey Perry: C’était bien. C’était génial de les voir décoller aussi, car c’est le moment le plus excitant de la carrière d’un groupe. Vous essayez de le faire, vous essayez de percer ici, de percer là-bas, et tout d’un coup, quelque chose se produit et vous devenez le nouveau groupe. Peu importe ce que vous accomplissez sur la route, quel que soit le prochain obstacle que vous rencontrez, il n’y a rien de tel que la première fois de votre vie où les gens se présentent enfin. C’est ce que ce tour était pour eux; ils sont passés d’un groupe de 1ere partie au groupe vedette.

Les avez-vous vu très souvent?
Steven Tyler: Tout ce truc à propos de nous leur disant qu’ils ne pouvaient pas boire dans les coulisses, cela n’a jamais été dit. Ce qui s’est passé, c’est la première nuit où je les ai amenés dans ma loge. Il y avait un gars dans le groupe dont j’avais l’habitude de recevoir mon héroïne …
Joey Perry: Izzy.
Steven Tyler: Izzy Stradlin. Nous venions de devenir sobre, alors j’ai simplement dit à ces gars-là: « Ceci est ma loge ». Ils ont compris: « Ouais? Pas de merde. « J’ai dit: » Eh bien, si vous sortez de la coke, je vais devoir quitter ma loge. S’il vous plaît, ne faites pas ce genre de chose autour de moi. Ensuite, il a été imprimé que nous leur avons interdit de boire. Jamais.
Vous ne leur avez pas acheté à tous des bagages?
Joey Perry: Nous l’avons fait. À la fin de la tournée, nous donnons généralement une sorte de souvenir à la première partie.
Steven Tyler: C’est ainsi qu’ils pouvaient enfermer leur merde et que personne ne pouvait le prendre. Nous leur enseignons tous les bons trucs.

De quel album d’Aerosmith êtes-vous le moins friand?
Joey Perry: Je ne sais pas si Done With Mirrors était l’un de nos meilleurs. Steven Tyler: As-tu écouté ce disque?
Joey Perry: Pas depuis un moment.
Steven Tyler: Il y a quatre ou cinq chansons qui … il y a un groupe qui est bizarre mais c’est juste un côté différent de nous. Je pensais que Night in the Ruts n’était pas génial, mais il y a de bonnes choses là-bas.
Joey Perry: Il y a certainement quelques bonnes choses sur Mirrors, mais si je devais en choisir une qui soit.
Steven Tyler: Ouais. Il manque de continuité.

Et quel est le meilleur?
Steven Tyler: C’est difficile à dire. Vous restez assez longtemps pour que vous ne sachiez même pas de quoi vous parlez. Tu écoutes les vieux trucs, tu regardes jusqu’où tu es venu …
L’album Rocks?
Steven Tyler: Rocks était bien.
Alors, que vas-tu faire?
Joey Perry: Live! Bootleg.
Steven Tyler: Pump.

J’ai lu quelque part que tu as mangé une tonne de carottes sur la tournée Pump

Steven Tyler: Nous avions un presse-agrumes. C’était cool. Nos paumes et le bas de nos pieds sont devenus orange.
Joey Perry: C’est comme le reste. Tu le fais juste à l’extrême.
Pouvez-vous visualiser l’etendu que toute la cocaïne que vous avez prise remplirait?
Steven Tyler: Oui, on a sacrement abusé. Une piscine remplie à raz bord serait parfaite.

Est-ce que vous avez traversé une étape lorsque vous vous disputiez régulierement?
Steven Tyler: Nous le faisons toujours! Qu’est-ce qu’on va faire d’autre? Comptez notre argent?
Joey Perry: En ce qui concerne le groupe, nous avons toujours nos propres idées. Voilà de quoi il s’agit. Lorsque vous n’avez pas de points de vue différents, vous n’avez rien à rebondir et cela devient très fade et ennuyeux. Je suis sûr que The Edge et Bono s’assoient là et y vont, mais c’est ce qui donne l’énergie, que vous n’obtenez pas avec un seul gars. Pour n’importe quelle merde comme quel genre d’huile à utiliser, nous sommes d’accord sur à peu près tout.
Combien de pistolets as-tu, Joe?
Joey Perry: Pas beaucoup. Probablement environ 50.
Cela semble être assez peu.
Joey Perry: C’est relativement peu pour les gens que ca passionne.Nous connaissons des gars qui ont des centaines. Pour moi, il s’agit de qualité et non de quantité.

Quel est ton pistolet préféré?
Joey Perry: En ce moment, j’ai un .45 personnalisé. Il est bien.
Êtes-vous abonné au magazine Soldier of Fortune?
Joey Perry: Non, cela vous permet juste de savoir où est la guerre la plus proche si vous avez envie de vous joindre. Je suis plus dans Shotgun News et Small Arms Review.
Vous aimez aussi des couteaux?
Steven Tyler: Le truc est que nous avons tous deux grandi dans ce pays et que c’est juste une chose normale [il sort un couteau de poche]. Je l’utilise pour ouvrir mon courrier de fan.
Joey Perry: Je les aime parce qu’ils sont des outils, et c’est tout ce qu’ils sont. Regarde [il sort un couteau]. C’est un gars que Steven et moi connaissons à Hawaii. C’est ce qu’on appelle un couteau à ouverture assistée; vous le touchez et il s’ouvre. C’est pour gaucher parce que je suis gaucher. C’est juste une machine magnifique.

Pensez-vous que vous êtes le plus grand groupe de rock américain?
Steven Tyler: Putain ouais! [des rires]. Non, je pense que nous passons un bon moment à le faire et que nous avons réussi.
Joey Perry: Certains soirs où nous jouons et où nous sortons, nous sommes définitivement les meilleurs. Il y a d’autres soirs où je pense que nous ne sommes pas. Chaque soir, il y a beaucoup de grands groupes de rock. Je ne sais pas.
Steven Tyler: Si Aerosmith est une comète qui traverse le ciel, il y a une trace de route mais nous sommes toujours là. Qu’est-ce que ça dit?

Source : Loudersound
https://www.loudersound.com/features/interview-aerosmith-on-chaos-coke-and-cleaning-up

Critique du 1er LP 
http://radiocbgb.fr/aerosmith-aerosmith-1973


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published.



Current track
Title
Artist