Beatles : Les 10 meilleurs albums

Written by on 10 septembre 2018

Les Beatles ont sorti 13 albums au cours de leur carrière de sept ans (nous comptons Yellow Submarine, Magical Mystery Tour mais pas Past Masters). Il s’agit des 33 tours Parlophone (puis Apple) publiés au Royaume-Uni où le standard était de 14 chansons par album. Jusqu’à Revolver, ils furent redécoupés pour les États-Unis, où le standard du label Capitol Records était de 11 chansons par album seulement, donnant naissance à d’autres titres d’albums : Meet the Beatles!Something NewYesterday and Today, etc.

Chaque fois que quelqu’un fait une liste des 10 meilleurs albums de tous les temps, il comprend généralement au moins un ou deux albums des Beatles. Et pour cause: ils ont influencé, d’une manière ou d’une autre, à peu près tous les artistes qui ont comptés au cours des 50 dernières années. Leurs albums ont très peu vieillis; la musique sonne toujours bien, que ce soit « Twist and Shout » du premier album ou « Get Back » du LP final.  À partir de là, nous avons réduit ces derniers aux 10 meilleurs albums des Beatles.

Discographie complète des Beatles

Le Top 10

10. Please, Please me (1963)

Beatles – Please please me

L’album Please Please Me des Beatles a été lancé par Parlophone le 22 mars 1963 pour tirer parti de l’énorme succès du titre qui avait été le deuxième single du groupe et leur premier no. 1 dans la majorité des charts britanniques. Dix des quatorze morceaux de l’album ont été enregistrés en un jour – le 11 février 1963. Ils comprenaient un mélange de morceaux préférés et de « originaux de Lennon-McCartney ». Les quatre chansons restantes avaient été enregistrées en 1962 après avoir formé la face B de leur premier album et des deux face de leur deuxième single. Un enregistrement un peu plus tardif de Love Me Do à celui précédemment sorti a été sélectionné pour l’album. Cette version apparaîtra également sur un prochain EP et plus tard encore sur un single américain en 1964. Le cliché emblématique de la couverture a été pris au siège social d’EMI Limited, au 20 Manchester Square, dans le West End de Londres, au début de 1963. Étant donné que les charts britanniques à cette époque avait tendance à être dominée par des goûts plus «adultes» tels que des bandes de films et des chanteurs de variété, ce fut une surprise lorsque Please Please Me arriva en tête semaines avant d’être remplacé par With The Beatles. Le premier album des Beatles propose un mélange presque homogène de reprises et d’originaux. Les reprises vont du sappy (« A Taste of Honey ») à l’extraordinaire (« Twist and Shout »); Les originaux, tous écrits par John Lennon et Paul McCartney sont inégaux mais surtout excellents, en particulier « Je l’ai vu debout là-bas » et le titre

« George Martin connaissait très bien la musique et son histoire. Je veux dire, il nous a beaucoup appris et je suis sûr que nous lui avons beaucoup appris grâce à notre capacité musicale primitive. »

John Lennon

9. Magical Mystery Tour (1967)

Magical Mystery Tour n’est pas tant un album qu’une compilation de morceaux du téléfilm, des singles et des idées de chansons restantes.

La bande originale de Magical Mystery Tour est composée de six pistes composées et enregistrées durant l’été et l’automne 1967, dans la foulée du succès de Sgt. Pepper et de la mort de Brian Epstein.

Certains sont jetables (« Flying », « Blue Jay Way »), mais la plupart sont indispensables (« I’m the walrus », « The fool on the hill »). La Face B de l’edition americaine comprend les deux premières chansons enregistrées pendant les sessions de Sergent Pepper, qui sont deux des meilleurs titres des Beatles: « Strawberry Fields Forever » et « Penny Lane », et une collection de singles.


8. Let it be (1970)

L’album, supposé paraître à l’été 1969 sous le titre Get Back, est conçu au départ comme un retour aux sources : quatre musiciens jouant du rock dans des conditions live. De plus, le tout doit déboucher sur un film. Mais les difficultés, qu’elles soient d’ordre relationnel ou logistique, s’accumulent durant sa réalisation. Insatisfaits du résultat, les Beatles abandonnent le projet. Hormis trois chansons issues de ces sessions (Get BackDon’t Let Me Down et Let It Be) publiées en single, les kilomètres de bandes enregistrées en un mois sont dans un premier temps rangées au placard avant que Allen Klein, le nouveau manager du groupe, ne décide de les confier au producteur américain Phil Spector, sans consulter Paul McCartney. En mars 1970, Spector post-produit toutes les chansons à sa manière, rejette Don’t Let Me Down de la liste, et le disque paraît finalement en mai sous le nom de Let It Be, en même temps que le film du même nom.

Ce disque n’est pas parfait, mais c’est un document historique précieux rempli de bonnes chansons.

The Beatles – Get back on the rooftop

« Je pense que l’idée originale était l’idée de Paul de répéter de nouvelles chansons puis de choisir un lieu et enregistrer les chansons de l’album lors d’un concert. Un peu comme on ferait un disque Unplugged, sauf que c’etait pour faire un album live.  »

George Harrison

7. A Hard Day’s Night (1964)

Le troisième album des Beatles sert également de bande originale à leur premier film. Le titre de l’album, de la chanson qui l’ouvre et du film provient d’un accident de langage de Ringo Starr (« Ce fut une dure journée… de nuit ». Mais plus important encore, c’est le premier album des Beatles à inclure toutes les chansons originales de Lennon et McCartney. Toutes les chansons ne se sont pas retrouvées dans le film, mais «A Hard Day’s Night» est le premier album du groupe qui se déroule avec une certaine cohérence, puisqu’il n’y a pas de reprise (ou de chansons chantées par Ringo) pour perturber le rythme. C’est là qu’ils ont commencé à ressembler à des légendes.


6. Help! (1965)

Le deuxième film des Beatles et le cinquième album en deux ans marquent un tournant pour le groupe. La plupart des chansons sur ‘Help!’ comprennent des arrangements et des compositions plus sophistiqués  – certaines influencées par Bob Dylan (« You’ve Got to Hide Your Love Away »). Ce n’était pas juste « Love, Love, Love ». Help! a également marqué le retour de George Harrison en tant que compositeur. George a contribué une chanson sur chaque face de l’album.

L’avant-dernière plage de l’album est Yesterday, qui devient un des plus grands succès du groupe, mais aussi de l’histoire de la musique populaire du xxe siècle. Toutefois, les Beatles ne la sortent pas en single sur le marché britannique, en pensant qu’« elle ne correspondait pas à leur image ». Écrite par Paul McCartney, qui s’est un moment demandé si la mélodie était bien de lui, tant elle paraît évidente3Yesterday est l’un des exemples les plus frappants de l’évolution musicale des Fab Four : c’est la première chanson sur laquelle un seul Beatle est présent, et aussi la première à inclure une instrumentation classique, avec l’arrangement que concoctent George Martin et l’auteur de la chanson pour un quatuor à cordes

‘Help!’ a ouvert un monde de possibilités qui vont donner les 5 prochains albums (chef d’oeuvres).

Beatles – Yesterday

« Je me souviens de Paul qui me jouait Yesterday et il l’appelait Scrambled Egg (oeufs brouillés). Ce n’est que lorsqu’ils trouvèrent les paroles ensemble que nous avons décidé de l’enregistrer – alors il est assis sur un tabouret avec sa guitare acoustique et a chanté Yesterday.  »

George Martin

5. Abbey Road (1969)

The Beatles – Abbey Road

Publié pour la première fois le 26 septembre 1969, Abbey Road était le dernier album des Beatles à être enregistré, mais pas le dernier à être sorti. Let It Be, bien que enregistré principalement en janvier 1969, a finalement été publié en mai 1970 aux côtés du film du même nom. Suivant le caractère «live» des enregistrements «Let It Be», pour Abbey Road, les Beatles sont retournés dans les studios du nord de Londres pour créer des enregistrements soigneusement conçus avec des arrangements musicaux ambitieux. Il est intéressant de noter que 12 des chansons apparues sur la version finale de l’album ont été jouées lors des répétitions et des séances filmées pour « Let It Be » en janvier. La pochette du disque reste une des plus célèbres de l’histoire de la musique, représentant les Beatles traversant un passage piéton au croisement de Grove End Road et Abbey Road, face aux studios où ils ont enregistré presque toutes leurs chansons depuis 1962. En septembre 1969, quelques jours avant la sortie d’Abbey RoadJohn Lennon annonce aux autres Beatles qu’il quitte le groupe pour se lancer dans une carrière solo avec son épouse Yoko Ono et une nouvelle formation, le Plastic Ono Band. La séparation ne sera rendue publique par McCartney qu’en avril 1970.

The Beatles – Something

J’ai été très surpris quand Paul m’a téléphoné pour me dire: «Nous allons faire un autre album, veux-tu le produire ?
Ma réponse immédiate a été : «Seulement si vous me laissez le produire comme avant». et il a dit: «Nous voulons faire ça» et j’ai dit: «John aussi ? et il a dit: « Oui, honnêtement. » George Martin


4. The Beatles – The white album (1968)

Après avoir réinventé la musique pop avec ‘Sgt. Lonely Hearts Club Band ‘de Pepper, les Fab Four s’enfoncent encore plus profondément dans le terrain de jeux de leur studio. Leur double album éponyme  était la déclaration d’indépendance de chaque membre:

Paul McCartney se comporte en formidable touche à tout musical : ballades acoustiques (BlackbirdMother Nature’s SonI Will), pur Rock ‘n’ roll (Back in the U.S.S.R.Birthday), hard rock avant l’heure (Helter Skelter), ragtime (Martha My Dear), ska (Ob-La-Di, Ob-La-Da), country (Rocky Raccoon), jazz façon music-hall (Honey Pie), etc. John Lennon, pour sa part, profite de l’inspiration qui l’a saisi à Rishikesh et de sa nouvelle muse, Yoko Ono, pour se montrer tout aussi brillant que son partenaire, mais d’une autre façon. En se mettant à nu (I’m So TiredJuliaHappiness Is a Warm GunYer Blues) en s’affichant mordant (Sexy Sadie), observateur (Dear Prudence), iconoclaste (Glass Onion), engagé (Revolution), expérimental (Revolution 9), en faisant dans la dérision, comme dans The Continuing Story of Bungalow Bill ou Everybody’s Got Something to Hide Except Me and My Monkey. Il compose même la berceuse qui clôture le disque, Good Night, qu’il offre à Ringo StarrGeorge Harrison signe une de ses plus belles chansons avec les Beatles, While My Guitar Gently Weeps, et invite son copain Eric Clapton au bon moment pour jouer le solo de guitare sur ce titre. Sa présence oblige en effet le groupe à montrer toute sa cohésion et à mettre temporairement de côté l’ensemble des problèmes relationnels qui l’affecte.

Hey Jude que Paul McCartney écrit pour réconforter Julian Lennon, 5 ans, au moment où son père et sa mère Cynthia se séparent… Hey Jude est publié en single le 30 août avec en face B une version du Revolution de John Lennon différente de celle qui figurera sur l’Album blanc.

Charles Manson .

Charles Manson a entendu dans l’album blanc, en particulier sur Helter Skelter et sur Piggies, un appel au meurtre où dans un futur proche, les Noirs prendraient l’ascendant sur les Blancs (les Beatles étant les quatre cavaliers de l’apocalypse). Charles Manson fait donc commettre des meurtres pour en faire accuser la population noire. En août 1969, à Los Angeles, ses fidèles assassinent ainsi, sous ses ordres, la femme de Roman PolanskiSharon Tate (ainsi que l’enfant qu’elle portait) et quatre autres personnes, et auraient chanté en chœur le Piggies de George Harrison, dans la voiture après avoir commis leur crime. Le mot « pig » (« flic ») est écrit avec le sang des victimes sur la porte d’entrée. Le lendemain, ils tuent deux autres personnes et écrivent avec le sang des victimes « Death to pigs » (« mort aux flics ») et « Rise » (« lève-toi ») sur un mur, et « Healter Skelter » (« Helter Skelter » mal orthographié) sur un réfrigérateur.

« Pour la première fois, j’ai dû me séparer en trois parce que nous enregistrions à un moment donné dans différents studios, vous pourriez donc avoir, vous savez, John dans un studio et Paul dans un autre, et George et Ringo en quelque sorte« . George Martin



3. Rubber Soul’ (1965)

The Beatles – Rubber Soul

Si ‘Help!’ Faisant allusion à la croissance créative des Beatles, «Rubber Soul» a clairement montré qu’ils n’étaient plus seulement un groupe pop. Rubber Soul se caractérise par une rupture avec la « trame 4 périodes » typique des premières chansons du groupe : un couplet, un autre couplet, un moment d’instrumental ou pont, une reprise du second couplet. Les Beatles, qui ne veulent pas devenir victimes d’un « procédé », rendent ici moins prévisible l’alternance de leurs parties chantées et vocales. Rupture encore : la quatrième chanson de Rubber SoulNowhere Man est la première chanson des Beatles ne parlant pas d’amour ; elle s’aventure sur le terrain existentialiste cher aux campus, à la manière de Simon et Garfunkel. Rupture toujours : il n’y a pas une seule reprise d’un quelconque standard du rock ‘n’ roll ou autre sur ce sixième disque des Beatles. Et il n’y en aura plus jamais. Du profondément confessionnel (« Norwegian Wood ») à la nostalgique poignante (« In My Life »), le sixième album du groupe est l’une des œuvres les plus importantes et les plus influentes du rock, le moment où la groupe le plus important, a grandi.


2. Revolver (1966)

The Beatles – Revolver

Aucun groupe n’a jamais réalisé, ou ne réalisera jamais, ce que les Beatles ont accompli entre juin 1965 et avril 1967, en enregistrant les chansons qui composeront leurs trois plus grands albums, qui se classent également parmi les meilleurs albums jamais réalisés. De la lamentation guidée par cordes « Eleanor Rigby » de McCartney à la fantaisie bouillonnante de « Yellow Submarine » en passant par le phénomène monstrueux de Lennon « Tomorrow Never Knows », « Revolver » est un morceau de musique passionnant et révolutionnaire devenu pop la musique sur sa tête avec ses utilisations innovantes de boucles, bandes arrière et overdubs

La pochette 
La pochette de l’album est l’œuvre de Klaus Voormann, ami des Beatles depuis leurs débuts à Hambourg. Chaque Beatle y est dessiné à la main, dans un style inspiré d’Aubrey Beardsley (exposé à Londres en 1966)23, avec de gauche à droite et de haut en bas, Paul McCartneyJohn LennonRingo Starr et George Harrison. Les portraits sont séparés par un collage, mélange de vieilles photos et de dessins.

Le Titre
Tout comme le titre de Rubber SoulRevolver est un jeu de mots, se référant à la fois au revolver en tant qu’arme à feu, et au mouvement rotatif (« to revolve » en anglais) des disques lorsqu’ils sont placés sur une platine. Les Beatles ont trouvé le titre lorsqu’ils étaient en tournée au Japon au début de l’été 1966. À cause des mesures de sécurité, ils restaient cloîtrés dans leur chambre d’hôtel, et se sont finalement arrêtés sur le mot Revolver, après quelques essais infructueux. À l’origine, l’album devait s’appeler Abracadabra, mais les Beatles ont dû se rétracter lorsqu’ils ont découvert qu’un autre groupe avait déjà utilisé ce nom.

The Beatles – For no one

« Si Rubber Soul a été l’album de l’herbe, Revolver est celui de l’acide. »

John Lennon

1. Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band (1967)

St Pepper’s lonely hearts club band

Sgt. Pepper est important à bien des égards. C’est l’un des premiers albums qui ressemble vraiment à un album et pas seulement à une collection de chansons: il y a un lien thématique avec les 13 chansons de l’album qui les rassemblent toutes. La production complexe est tellement fouillé que chaque écoute révèle de nouveaux détails. Et elle est structurée comme une œuvre d’art, sa toile musicale une explosion kaléidoscopique de sons qui brossent un portrait de l’idéalisme de la fin des années 1960 enraciné dans la nostalgie. Aucun autre album n’a eu l’influence de ‘Sgt. Pepper ‘au fil des ans. Enregistré sur une période de 129 jours, cet album est souvent considéré par les critiques comme leur plus grande œuvre et l’un des albums les plus influents de l’histoire de la musique populaire, figurant entre autres à la première place dans la liste des 500 plus grands albums de tous les temps du magazine Rolling Stone.

Le nom de l’album est lié à la tendance américaine de donner des noms « à rallonge » aux groupes, comme Quicksilver Messenger ServiceBig Brother and the Holding Company ou Commander Cody and His Lost Planet Airmen. Sur une idée de McCartney, les Beatles décident de former un groupe fictif qui lui aussi aurait un nom très long et partirait en tournée à leur place. Lors du séjour des Beatles à Toronto, le 17 août 1966, le policier responsable de leur sécurité était le sergent Randall Pepper. Bien que ceci n’a jamais été officialisé, on ne peut s’empêcher de penser que le lien d’amitié entre le sergent Pepper et le groupe ait pu influencer la genèse du titre de leur prochain album.

La pochette de l’album est, sans doute, l’une des plus célèbres de l’histoire de la musique; le montage élaboré de la photo de couverture, la photographie des « Fab Four » s’étalant sur les deux à-plats intérieurs, le visuel du verso de la couverture avec les paroles des chansons et enfin la planche à découper uniface qui y est insérée. De plus, dans les premières éditions britanniques, on fabrique une pochette de protection du disque vinyle format 33 tours possédant un design inédit.

The Beatles – A day in the life

« Sgt Pepper pour moi, c’est un bon album, , mais,  c’est aussi un album ou j’ai eu le temps d’apprendre à jouer aux échecs… « 

Ringo Starr

60 chansons des Beatles passent régulièrement sur RadioCBGB. Principalement dans les shows British Rock, Le Grand Mix, Live.

Source : http://ultimateclassicrock.com/top-beatles-albums/
https://www.thebeatles.com/

Tagged as

Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published.



Current track
Title
Artist