Al Kooper, Mike Bloomfield et Stephen Stills : »Super Session »

Written by on 15 mai 2020

Quand Al Kooper, Mike Bloomfield et Stephen Stills se sont mis à jammer

Ce qui est amusant avec Super Session, l’album de 1968 du claviériste/chanteur Al Kooper, avec le guitariste Mike Bloomfield sur la première face et Stephen Stills sur la seconde, c’est qu’il a connu un énorme succès, avec un disque d’or et une place dans le top 20. C’est drôle parce que, comme l’a dit un jour Kooper dans une interview accordée à une publication appelée Bloomfield Notes, « c’était la dernière chose à laquelle nous pensions, que ce disque allait être un succès. J’essayais d’imiter le concept des disques de jazz Blue Note des années 50« , a-t-il dit, « en mettant un groupe de gars qui peuvent vraiment jouer dans une pièce et en les laissant improviser. Faire du rock ‘n’ roll une forme d’art, en le comparant à ces disques de jazz. Et il s’est avéré être le disque le plus réussi de notre carrière« .

Kooper n’aurait pas dû être surpris, car Super Session était un album dont le timing était parfait. Les trois musiciens principaux – auxquels se sont ajoutés en studio le bassiste Harvey Brooks, le batteur Eddie Hoh et le second claviériste Barry Goldberg (ce dernier sur quelques morceaux), ainsi qu’une section de cuivres arrangée par Joe Scott- étaient tous des héros du rock en herbe. Kooper n’a été évincé que récemment de l’agrégat jazz-rock qu’il avait créé, Blood, Sweat and Tears, qui, il faut bien l’avouer, a connu une bien plus grande gloire sans lui. Bloomfield avait quitté Electric Flag, le projet qu’il avait monté après avoir quitté le vénéré Paul Butterfield Blues Band. Stills avait été un membre essentiel de Buffalo Springfield, un autre grand groupe qui s’était séparé – il trouverait un débouché confortable pour sa musique assez tôt avec ses amis Graham Nash et David Crosby.

L’idée d’une « super session » était elle-même nouvelle dans le rock. Dans les années 1960, les musiciens de rock faisaient partie d’un groupe ; les membres pouvaient aller et venir, mais les joueurs des différents groupes se réunissaient rarement au clair de lune ou avec les musiciens des autres groupes de façon informelle, juste pour le plaisir. Si vous vous trouviez entre deux groupes, votre objectif était de trouver un autre groupe le plus vite possible, c’est ainsi que vous gagniez votre vie. Peut-être qu’une poignée d’admirateurs se retrouvaient dans une boîte de nuit à New York ou en Californie pour s’amuser, jouer quelques morceaux pendant quelques heures et ensuite retourner dans leur groupe, mais l’idée de faire un album, spontanément, avec une poignée de pairs était, à ce moment-là, presque inconnue.

Bloomfield, Stills & Kooper

Rétrospectivement, cependant, la Super Session était peut-être plus inévitable que non. Kooper, un New-Yorkais, et le Bloomfield, originaire de Chicago, avaient vécu des vies pratiquement parallèles depuis leur première rencontre à la session d’enregistrement new-yorkaise de « Like a Rolling Stone » de Bob Dylan, le 16 juin 1965. Kooper, principalement guitariste à l’époque, avait été invité par le producteur Tom Wilson à assister à la séance, mais, comme il l’a dit un jour à cet auteur, « Il n’était pas question que j’aille à une séance de Bob Dylan et que je reste assis là comme un journaliste. J’ai décidé que non seulement j’allais assister à cette séance, mais que j’allais y jouer ».

Kooper a apporté sa guitare avec lui, mais une fois à l’intérieur du studio, il a posé les yeux sur Bloomfield pour la première fois et a entendu ce que ce musicien aux cheveux frisés pouvait faire avec une guitare. « J’étais dépassé », avouera plus tard Kooper. « J’ai anonymement débranché, emballé et fait de mon mieux pour ressembler à un journaliste. »

Kooper, alors âgé de 21 ans, a fait une pause pendant la session lorsque le claviériste Paul Griffin est passé de l’orgue Hammond B-3 au piano. Alors que Wilson quitte la salle pour un moment, Kooper voit sa chance et la saisit. Il n’avait jamais joué d’un Hammond de sa vie, et a remarqué plus tard que si Griffin n’avait pas laissé l’instrument en marche, il n’aurait pas su comment l’allumer. Kooper se faufile jusqu’au clavier et commence à improviser une ligne d’orgue. À sa surprise et à son grand plaisir, Dylan aima ce qu’il entendit et lui dit de rester. « Il n’y a pas de musique à lire. La chanson dure plus de cinq minutes. L’orchestre joue si lourd que je n’entends même pas l’orgue et je ne connais pas bien l’instrument pour commencer« , écrira plus tard Kooper. « Mais la bande tourne, et c’est Bob Dylan qui chante, alors il vaut mieux que ce soit moi qui joue quelque chose. »

Le clavier de Kooper et la guitare de Bloomfield sont devenus des signatures qui ont permis à « Like a Rolling Stone » de se hisser à la deuxième place du classement et d’atteindre l’immortalité du rock – il est souvent cité comme la plus grande et la plus importante chanson rock de tous les temps. Dylan a invité Kooper et Bloomfield à revenir pour les sessions qui allaient devenir l’album Highway 61 Revisited.

En 1966, les deux musiciens étaient en pleine ascension – Bloomfield faisait un travail spectaculaire et révolutionnaire avec le Butterfield Band sur leur album East-West tandis que Kooper faisait des miracles similaires avec le Blues Project, dont le meilleur album, Projections, est sorti à peu près à la même époque. Ils avaient tous deux attiré les faveurs de jeunes connaisseurs du rock qui appréciaient le niveau de musicalité supérieur dont ils faisaient commerce.

Mais en 67, ils avaient tous deux quitté ces groupes : Au Monterey Pop Festival en juin, Kooper se produit en solo (le Blues Project monte sur scène sans lui) tandis que Bloomfield lance son Electric Flag, qui reçoit un accueil enthousiaste. Quelques mois plus tard, Kooper forme Blood, Sweat and Tears et commence à travailler sur leur premier album, Child is Father to the Man.

Alors… vous l’avez deviné : Au printemps suivant, ils étaient tous deux à nouveau au chômage. C’est alors que Kooper – qui avait commencé à travailler comme A&R (artistes et répertoire) pour le label qui l’avait signé, Columbia Records – a eu son idée. Il a appelé Bloomfield.

« C’était vraiment un destin« , a déclaré Kooper dans une interview dans les années 90. « Nous avions tellement de choses en commun que nous devions faire quelque chose ensemble. Tant de similitudes. Nous avions tous deux joué lors des sessions Dylan et nous étions amis pendant la période Butterfield et Flag. Nous avions à peu près le même âge, nous étions tous les deux juifs, nous aimions tous les deux le blues, nous étions tous les deux dans des groupes de blues que nous avons quittés pour former des groupes de cuivre. Nous avons tous les deux été expulsés des groupes que nous avons formés et puis nous étions là. Il y avait une véritable amitié entre nous. Alors quand j’ai commencé à travailler comme employé A&R chez CBS, je l’ai appelé et lui ai dit : « Faisons un album de jam session », et il était à fond dedans« .

En studio, le groupe de fortune a enregistré quelques morceaux originaux (« Albert’s Shuffle », en hommage à Albert Grossman, alors manager de Bloomfield ; « His Holy Modal Majesty » et « Really ») et quelques reprises (« Stop » de Jerry Ragovoy et Mort Shuman, qui avait été enregistré par le chanteur soul Howard Tate, et « Man’s Temptation » de Curtis Mayfield), et s’est retiré pour la soirée satisfait et impatient de la terminer.

Le lendemain, Kooper s’est réveillé pour découvrir que Bloomfield était rentré chez lui !!! C’est ainsi que la deuxième partie de Super Session est devenue une collaboration entre Kooper et Stephen Stills. (Stills était en fait indiqué comme « Steve » Stills sur la pochette de l’album ; par la suite, il a toujours utilisé le nom complet Stephen).

« Bloomfield s’est barré au milieu de la nuit« , a déclaré Kooper. Il a laissé un mot qui disait : « Je ne pouvais pas dormir, au revoir ». J’ai donc appelé tous les guitaristes que je connaissais à Los Angeles et à San Francisco : Jerry Garcia, Randy California, Steve Stills et je ne me souviens même pas qui d’autre. Finalement, ca c’est fait avec Stills« .

Il va sans dire qu’ils n’avaient pas de matériel à disposition. « Nous n’avions rien. J’aurais préféré qu’il chante parce qu’il était meilleur chanteur que moi, mais le problème était qu’il avait signé chez Atlantic », se souvient Kooper. « Et en tant que producteur, je m’inquiétais de ne pas obtenir les droits pour qu’il puisse simplement jouer dessus parce que nous n’en avions parlé à personne. C’est en fait comme ça qu’Atlantic a obtenu Graham Nash [qui avait signé pour Epic avec les Hollies à l’époque]. Ils ont échangé Steve Stills contre Graham Nash. Ils ont donné Steve Stills à CBS pour Super Session et ils ont eu Graham Nash pour CSN. »

Stills a prêté sa guitare pour les reprises de « It Takes a Lot To Laugh, It Takes a Train to Cry » de Dylan, un jam de 11 minutes sur « Season of the Witch » de Donovan, qui est devenu le morceau le plus discuté de l’album, et un blues de Willie Cobb, « You Don’t Love Me ».Ils ont complété l’album avec « Harvey’s Tune » de Harvey Brooks. (Kooper, soit dit en passant, a déclaré qu’il méprise absolument la version de « Season of the Witch » qui figure sur l’album. « Je ne jouerais pas cette chanson même si c’était la dernière demande de ma mère mourante », a-t-il déclaré un jour à un journaliste).

Sorti au milieu de l’été 1968, l’album a finalement fait son chemin jusqu’au numéro 12. Il reste l’album le plus vendu auquel Kooper a participé (et probablement aussi Bloomfield). Il a également ouvert la voie à une série d’albums de « jam » dans le même esprit, tant de la part des principaux intéressés (The Live Adventures of Mike Bloomfield et Al Kooper) que de nombreux autres musiciens.

« Super Session était un disque révolutionnaire dans la mesure où c’était la première vraie jam session rock ‘n’ roll », a déclaré Kooper dans son interview avec cet auteur. « L’idée m’est venue de l’album Grape Jam de Moby Grape, qui était en fait le premier. Mais ce n’était pas vraiment structuré, c’est juste arrivé comme ça. Super Session était structuré. Bien sûr, il y a eu des albums de jazz où cela a été fait, mais j’étais vraiment intéressé à essayer de le faire avec du rock ‘n’ roll ».

Mike Bloomfield est devenu une sensation commerciale inattendue, les critiques étaient généralement favorables, et il a persévéré en tant que point de repère de son époque. Super Session a été réédité plusieurs fois sous différents formats. L’édition 2003 du disque compact ajoute quatre titres bonus : Les deux premiers, « Albert’s Shuffle » et « Season of the Witch », sont des remixes de la session originale sans cuivres. « Blues for Nothing » est un extrait de la session écrit par Kooper, et « Fat Grey Cloud » est un jam live de Bloomfield-Kooper enregistré au Fillmore West à San Francisco en 1968.

Aujourd’hui, Kooper est en semi-retraite, bien qu’il fasse encore surface pour des concerts occasionnels et qu’il ait sorti de la nouvelle musique jusqu’en 2008. Sa carrière d’artiste solo, de producteur, de sideman et de directeur artistique a continué à se développer bien après l’ère des Super Session – il a notamment découvert et produit Lynyrd Skynyrd. Après les années 60, Bloomfield a poursuivi une carrière plus modeste, jouant dans divers groupes, souvent dans de petites salles. Malheureusement, il meurt en 1981 dans des circonstances mystérieuses (retrouvé mort dans sa voiture à San Francisco). Il n’avait que 37 ans. Kooper a dit, en le résumant : « C’était un type très spécial. »

Source Best Classic Bands

Musiciens

Al Kooper : Vocals, piano, organ, ondioline, electric guitar,twwelve string guitar
Mike Bloomfied : Electric guitar on side one, reissue tracks 10,12, 13
Stephen Stills : Electric guitar on side two, reissue track 11
Barry Goldberg – Electric piano on « Albert’s shuffle » and « Stop »
Harvey Brooks – Bass
Eddie Hoh – Drums, percussion

RadioCBGB

Listen Super Session on RadioCBGB.fr


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published.



Current track

Title

Artist