Slade : l’interview de Noddy Holder

Écrit par sur 16 octobre 2021

Aujourd’hui, il est facile d’oublier à quel point Slade était énorme dans les années 1970. Classic Rock est assis en train de discuter avec Noddy Holder dans le restaurant de l’hôtel cinq étoiles Landmark, un édifice imposant sur Marylebone Road à Londres. Une musique de fond est diffusée, mais l’atmosphère est calme. Nous buvons de l’eau minérale et mangeons une salade César avec des crevettes. Ce n’est pas de la folie.

Noddy est un raconteur étonnant. Pour un homme qui aura 60 ans l’année prochaine, il est toujours aussi brillant que les panneaux de son célèbre chapeau haut de forme – ces miroirs scintillants qui créaient leur propre mini-spectacle de lumière à l’époque. Nous avons parlé pendant près de deux heures, mais nous n’avons fait qu’effleurer la surface de l’illustre carrière de Slade. Voici les meilleurs moments de notre conversation avec le chanteur dont le nom de famille ne devrait pas être Holder, mais Hollerer :

Vous avez quitté Slade en 1991. Comment cela s’est-il produit ?

C’est à cette époque que nous avons eu notre dernier bon tube, Radio Wall Of Sound. La plupart des gens ne réalisent pas que nous avons eu 20 ans de succès, en commençant en 1971 avec Get Down & Get With It. Les gens se souviennent toujours des singles des années 70, mais nous avons aussi eu toute une série de succès dans les années 80 après nos retours au festival de Reading [1980] et à Donington [1981]. Mais en 1991, j’avais l’impression d’avoir tout donné au groupe. J’ai pensé : « Il faut que je fasse quelque chose pour moi maintenant ». Dave et Don travaillent évidemment toujours ensemble en tant que Slade II, mais 1991 a été le dernier moment spécial pour nous quatre ensemble.

Vous n’avez jamais été tenté de reformer le line-up « classique » ?

Je pense que les autres l’auraient fait. C’est moi qui ai probablement mis des bâtons dans les roues. Nous recevons des offres chaque année, de très bonnes offres, surtout à Noël, évidemment.

Est-ce que quelque chose vous tenterait finalement ?

Je n’ai aucune inclination. Slade a fait tout ce qu’il avait prévu de faire. Je ne voulais pas continuer à tourner, à faire Cum On Feel The Noize nuit après nuit. Maintenant, je fais quelque chose de différent chaque jour – un peu de théâtre, j’ai mes propres émissions de radio, de télévision, de voix-off. J’ai fait 30 épisodes de The Grimleys à la télé. C’est bien, j’ai l’impression de m’épanouir à nouveau.

Il y a quelques années, vous avez fait la tournée de Band Of Joy, le groupe de Robert Plant qui précédait Led Zeppelin. Comment cela s’est-il passé ?

Le claviériste de Band Of Joy habitait en face de chez mes parents. Et j’ai connu Robert quand nous étions enfants. Quand Robert s’est fait virer de chez lui, il est allé vivre chez un de mes copains d’école, Roger Beamer, qui était dans un groupe appelé Listen. Puis quand Robert a formé Band Of Joy, il est allé vivre avec le claviériste en face de chez moi. Mon père était laveur de vitres – il avait une grande camionnette de lavage de vitres. J’empruntais donc la camionnette pour faire la tournée du Band Of Joy.

Avec votre coiffure ébouriffée et votre accent brummite, vous a-t-on déjà confondu avec Plant ?

Robert Plant a volé mon look [rires]. Nous pourrions avoir eu le même père, en fait. On ne sait jamais, notre père a pu se déplacer un peu.

Quelle est l’histoire d’Ambrose Slade, alors que le groupe avait une image de skinhead ?

Chas [Chandler] voulait nous démarquer. Il a dit : « Il n’y a pas de groupes de skinheads dans le coin, pourquoi n’essayez-vous pas ce genre d’image ? ». Parce qu’à l’époque, être un skinhead n’était pas politique, c’était purement de la mode. On s’est donc fait couper les cheveux courts. Et ça a rendu furieux Dave, qui était tout à fait contre. Nous avions des coupes de cheveux skinhead et nous avions les bretelles, les Doc Martens, les Sta-Prest [pantalons Levi’s infroissables] et les chemises Ben Sherman. Le look et tout le reste.

Mais le style skinhead n’a pas duré longtemps ?

On s’est fait beaucoup critiquer pour être un groupe de skinheads. La télévision et la radio étaient très autoritaires à l’époque. Ce n’était pas une image que nous pouvions soutenir et faire accepter par la masse. Alors, petit à petit, on a changé. Mais même lorsque nous avons eu notre premier succès avec Get Down & Get With It, nous étions toujours un groupe de skinheads. Après tout, c’était le disque parfait pour les skinheads. Mais finalement, nous avons laissé pousser nos cheveux dans le dos, un peu comme les filles skinheads – le truc de la coupe à la plume. On a remplacé les Doc Martens par des bottes à semelles compensées. Nous sommes devenus plus colorés. Et puis on est devenus de plus en plus fous, évidemment. Dave est passé par toutes ses phases folles – Superyob, les combinaisons spatiales et tout ça. C’était très drôle.

Quand le glam rock s’est métamorphosé en glitter rock, c’était en fait une copie du son de Slade.

Slade, Marc Bolan et Dave Bowie étaient les originaux du glam rock, je suppose. Mais dès que les disques de Slade ont commencé à décoller – avec ce rythme sourd, ce mur du son – tous les producteurs et les maisons de disques ont vu le succès que cela avait, et ils ont commencé à le faire avec leurs propres groupes. Slade a ouvert la voie à l’archétype du son glitter rock.

Un groupe peut-il à nouveau captiver la nation comme Slade l’a fait dans les années 70 ?

Oh oui, je pense que ça a été fait depuis nous. Il y a de la bonne musique maintenant, mais ce qui manque, c’est que les groupes ne semblent pas avoir ce que j’appellerais une image de showbiz. C’est très « street ». On ne voit plus personne sourire à Top Of The Pops. Tout le monde veut être cool. Trop cool, je pense. Tu dois te laisser aller et t’amuser. C’est pour ça que les Darkness ont un tel succès – c’est ironique. Et d’une certaine manière, ils reviennent à l’outrage coloré du passé. C’est une grande partie de leur succès.

Comme The Darkness l’ont fait avec leur nouvel album, Slade a travaillé avec Roy Thomas Baker comme producteur de disques.

Roy a fait quelques titres sur notre dernier album studio, You Boyz Make Big Noize [1987]. L’idée était de le faire venir pour actualiser quelque peu notre son. Il a fait du très bon travail. Jim a aimé travailler avec lui, mais pas moi. Roy a mis trois ou quatre jours pour obtenir le son de la batterie seul. C’était comme un puzzle, la façon dont Roy voulait assembler nos chansons. Ce n’était pas la façon dont je voyais Slade. Slade était spontané. Aucun de nos singles classiques n’a été fait de cette façon. C’était une des raisons pour lesquelles je ne voulais pas continuer dans le groupe.

Slade est surtout connu pour ses hymnes à la mode, mais le partenariat Holder-Lea pour l’écriture des chansons ne s’arrêtait pas là.

Les gens se souviennent de nous pour Merry Xmas Everybody, Cum On Feel The Noize, Mama Weer All Crazy Now… ils sont tous du même acabit. Mais ce dont les gens ne se souviennent pas souvent, c’est Everyday, Far, Far Away, How Does It Feel, My Friend Stan et tous les autres trucs qu’on a coincés entre les deux. C’était un ensemble très varié. On ne faisait pas que des disques de rock tout le temps, on faisait toutes sortes de choses. Mais les disques rock étaient les plus bruyants, et c’est ce dont les gens se souviennent le plus.

Votre film de 1975, Slade In Flame, était étonnamment sombre.

Nous ne nous sommes pas lancés dans un film comique, comme tout le monde le pensait. Nous sommes sortis avec un film rock solide et crédible sur ce qui se passait dans les coulisses de l’industrie du rock. Il y a eu quelques rires, mais beaucoup de gens sont sortis du cinéma choqués. Si vous demandez à Dave, il dira probablement que la plus grosse erreur de notre carrière a été …Flame. Il pense que nous aurions dû faire une comédie parodique. Mais je me suis battu bec et ongles à l’époque pour ne pas le faire. J’ai dit : « Nous devons opter pour la tactique du choc ». Tout au long de notre carrière, ça a toujours été des tactiques de choc, pour être honnête.

Slade a fait de nombreuses tournées en Amérique, mais malgré l’influence de Kiss et Kurt Cobain, vous n’avez jamais réussi à percer là-bas. Quels sont vos meilleurs souvenirs de concerts aux Etats-Unis ?

Nous avons tourné avec de nombreux groupes : Humble Pie, ZZ Top, J Geils Band, Black Sabbath, Santana, etc. Les meilleurs concerts étaient avec ZZ Top – mais c’était avant les barbes, quand ils étaient juste un groupe de boogie texan. Tres Hombres, Fandango, Rio Grande Mud, c’était des albums formidables. C’était une époque fantastique pour être sur la route avec ZZ Top. À nos débuts aux États-Unis, Aerosmith faisait souvent la première partie de nos concerts. Mais quand l’album Toys In The Attic d’Aerosmith a fait un tabac, nous sommes devenus leurs invités spéciaux.

En Angleterre, Slade faisait la première partie de Yes au Marquee Club de Londres. Cela semble être une paire bizarre.

C’était la toute première incarnation de Yes, avec Peter Banks à la guitare. Ils avaient une résidence au Marquee et nous avions l’habitude de faire leur première partie tous les mois ou presque.

Vous avez dû faire de nombreuses rencontres avec votre compatriote Ozzy Osbourne au fil des ans ?

Nous avons souvent eu l’occasion de le côtoyer. Je me souviens d’une occasion dans les années 80, quand Sharon a commencé à le gérer. Ozzy était toujours complètement perché. Il était dans le bureau, affalé sur une chaise, disant : « Je ne peux plus faire ça, bordel de merde, bordel de merde. » Sharon dit : « Oh, allez, boo-boo. » Ozzy dit : « Ne m’appelle pas bobo devant ces gens. Je suis le prince des ténèbres !« 

Ozzy allait aux réunions des AA avec Don, notre batteur, à l’heure du déjeuner. A deux heures et demie, ils disaient : « Oh, attends, les putains de pubs ferment dans une minute [heures de fermeture des années 70]. » On est entré dans le pub un midi, et il y avait un arabe assis à côté de nous qui lisait le journal. Le journal est en arabe. Ozzy se penche vers lui et lui dit : « Tiens, mon pote, c’est quoi mon horoscope ?« 

Ozzy est le mec le plus drôle du rock. Tout le monde pense qu’il n’a plus de cerveau, mais non.

Est-ce que tu as encore tes vieux vêtements de scène de Slade ?

Je les ai tous donnés au fil des ans. Je n’ai plus de vêtements de scène. Cela fait plus de 20 ans que je n’ai rien fait sur la route. J’ai tout donné à des ventes de charité et des choses comme ça. Petit à petit, tout disparaît.

Où est le chapeau à miroir ?

Oh, j’ai toujours le chapeau. Il est dans un coffre-fort. Je ne m’en séparerai jamais. Pas question.

En regardant les images de Slade sur le DVD, tu as l’impression que c’était hier, ou il y a une vie entière ?

Une autre vie. Définitivement, ouais.

Lire aussi Slade : Les souvenirs de Noddy Holder

Source Classic Rock

Tags

Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.



Continuer la lecture

En ce moment

Titre

Artiste